Sélectionner une page

Plus de 2 millions de personnes sont employées par l’economie sociale et solidaire (ess) en France. Il s’agit de l’ensemble des organisations qui ne sont pas focalisées sur les profits, mais plutôt sur la communauté afin d’avoir un monde plus solidaire, plus juste ou encore plus écolo. La définition de l’ESS est énoncée par la Loi depuis 2014. Définition, principes et champs d’activité, allons tout de suite découvrir ce qu’il faut savoir sur le sujet.

L’ESS : Définition

L’economie sociale et solidaire (ess) est l’ensemble des entreprises qui ont pour premier objectif l’égalité des personnes, la solidarité ainsi que l’indépendance sur le plan économique. Il s’agit en somme d’un nouveau système d’entreprenariat, une conception nouvelle de la place des entreprises au sein de la société.

C’est un concept qui est entièrement délocalisé, avec de nombreuses offres d’emploi. Les entreprises concernées adoptent un système de développement écologique avec la gestion participative. Les profits obtenus pour leur activité sont réutilisés pour de nouveaux investissements.

En terme plus simple, l’ESS est l’ensemble des entreprises qui agissent pour le bien de la communauté. Prenons par exemple un hypermarché qui fait la récupération de ses produits invendus pour en faire une distribution pour les personnes démunies.

Nombreuses entreprises françaises adoptent ce concept de nos jours pour un monde meilleur et plus solidaire.

ess

Que dit la Loi sur l’ESS ?

L’economie sociale et solidaire (ess) a commencé à être règlementée par la Loi en 2014. Selon l’article n°2014-856, l’ESS est un nouveau concept d’entreprenariat et de développement économique qui doit correspondre à des critères spécifiques.

Ces critères sont :

  • Un objectif autre que le partage de profits ;
  • Une gouvernance dans la démocratie, c’est-à-dire pour prendre des décisions, pour élire les dirigeants ;
  • Un résultat qui permet de maintenir et d’assurer le développement de l’activité de l’entreprise concernée.

L’ESS est à la charge du haut-commissariat à l’économie sociale et solidaire et à l’innovation sociale et du conseil national des chambres régionales de l’économie sociale (CNCRES).

L’ESS : Les principes et les valeurs

L’ESS repose sur quatre grands principes qui ont été tirés des textes énoncés par la Loi :

Un projet à utilité collective ou sociale

Les entreprises qui adoptent le nouveau concept entrepreneurial n’est pas au service d’une seule personne, mais plutôt pour l’intérêt commun. Les institutions qui sont concernées sont : Le commerce équitable, l’agriculture, les institutions d’aides pour personnes en difficulté, etc.

Un objectif non lucratif individuel

Ce ne sont aucunement des entreprises dans lesquelles les profits sont répartis entre tous les acteurs. Au sein de l’ESS, les bénéfices sont partagés en toute équité, pour servir par la suite de nouvel investissement pour l’entreprise elle-même.

Une gestion en démocratie

Chaque prise de décision importante se fait en assemblée générale, avec une participation de tout le monde sans exception. Une personne a droit à une voix, sans inégalité.

Des ressources mixtes

Toutes les ressources utilisées dans le secteur sont privées et mixtes, que ce soit pour les coopératives, les mutuelles ou encore les associations.

Les différents acteurs concernés par l’ESS

Les institutions concernées sont surtout les entreprises qui répondent aux critères énoncés par la Loi. Elles sont de plus en plus nombreuses et sont présentes dans toutes les domaines d’activité.

Les entreprises spécialisées dans l’action sociale et dans le développement durable sont les plus nombreuses. Ce sont surtout les institutions qui revendent des habits recyclés à prix réduit et celles qui s’engagent dans l’énergie renouvelable.

Il y a également les enseignes de l’agriculture biologique qui consacrent leurs activités dans les ventes locales et les circuits très courts.

Les moins connues sont les enseignes spécialisées dans la finance solidaire et le tourisme responsable. Ces entreprises sortent de l’ordinaire en proposant des projets d’entreprenariat hors zones touristiques ou des voyages en se logeant dans les communautés locales.

sociale

La montée fulgurante de l’ESS en chiffre

L’ESS connaît un développement fulgurant sur le territoire français. Laissons les chiffres servir de preuve à cette montée en flèche du nouveau concept :

  • Pas moins de 10% du secteur de l’emploi français est représenté par l’ESS avec 2.3 millions de salariés, soit 14% du secteur privé ;
  • Plus de 200 millions d’organisations s’engagent dans l’économie sociale et solidaire, qu’il s’agisse d’associations ou d’entreprises ;
  • Plus d’une dizaine de millions de bénévoles consacrent leur quotidien au sein des associations de l’ESS.

Au fil des années, ces chiffres ne cessent de progresser, prouvant l’engagement des entreprises pour le respect des personnes et de l’environnement.

L’ESS est devenu pour certaines l’émergence d’un nouveau système d’entreprenariat, qui serait en mesure de changer de manière radicale le fonctionnement du business des entreprises.