Travaux d’assainissement : en quoi consistent-ils ?

Les eaux usées sont nocives pour l’environnement. C’est la raison pour laquelle elles ne peuvent pas être rejetées dans la nature. Elles doivent en effet être traitées afin de minimiser les risques de pollution. Pour ce faire, vous avez le choix entre différents types de travaux. Nous allons vous présenter les principaux types de travaux d’assainissement et vous expliquer en quoi ils consistent.

Les méthodes d’assainissement

Les eaux usées domestiques sont de deux types. D’une part, il y a les eaux-vannes qui proviennent des WC, et d’autre part les eaux grises qui émanent du lavabo, de la cuisine et du lave-linge, entre autres. Il existe deux méthodes d’assainissement pour ces eaux usées. Dans un premier temps, elles peuvent être évacuées dans un réseau communal d’assainissement collectif. On parle alors du tout-à-l’égout. Autrement, les eaux usées domestiques pourront être récupérées par un équipement d’assainissement non collectif. Dans ce cas, on parle d’assainissement autonome ou individuel.

Le réseau communal d’assainissement et les zones d’assainissement non collectif sont délimités dans le zonage d’assainissement. Vous pourrez consulter celui-ci en vous rapprochant de la mairie. Dès lors, vous pourrez exécuter les travaux d’assainissement conformément à la réglementation en vigueur. Les travaux d’assainissement seront différents s’il s’agit d’un assainissement collectif ou d’un assainissement non collectif.

travaux assainissement

Dans le cas d’un assainissement collectif

Lorsqu’il s’agit d’un assainissement collectif, les travaux consistent à raccorder le bâtiment au réseau communal d’assainissement. C’est par exemple ce que propose Horizon TP, expert en assainissement et aménagement extérieur. Ce raccordement est obligatoire. Si le réseau communal d’assainissement collectif est antérieur à votre construction, vous devrez procéder au raccordement pendant la construction, dès lors que les fondations seront en place.

En revanche, si le réseau communal d’assainissement collectif est postérieur à la construction, vous disposerez de 2 ans pour procéder au raccordement. Pour cela, il est conseillé de faire appel à une structure spécialisée dans la réalisation d’assainissement et d’aménagement extérieur.

Dans le cas d’un assainissement non collectif

L’assainissement non collectif concerne d’une part les immeubles situés en zone d’assainissement non collectif, et d’autre part les immeubles qui sont dispensés de branchement en zone d’assainissement collectif. Pour ces différents immeubles, 3 types de travaux d’assainissement sont envisageables.

L’installation d’une fosse septique traditionnelle

La fosse septique est l’un des systèmes d’assainissement non collectifs les plus utilisés. Il vous donne la possibilité d’évacuer les eaux usées domestiques dans les effluents ou dans le sol. Cela vous évite ainsi de polluer l’environnement. Pour éviter que les eaux usées rejetées ne polluent les cours d’eau, vous avez l’obligation de mettre votre fosse septique aux normes. Vous devrez également procéder à une vérification de la fosse tous les 4 ans afin de déterminer si des travaux de réhabilitation sont requis.

L’installation d’une micro-station d’épuration

À défaut d’opter pour une fosse septique traditionnelle, vous pouvez miser sur l’installation d’une micro-station d’épuration. Il s’agit d’une fosse d’assainissement non collectif qui est plus compacte qu’une fosse septique traditionnelle ou classique. La micro-station d’épuration est composée de trois compartiments. Chacun de ces compartiments assure le traitement des eaux usées. C’est ainsi que la micro-station d’épuration permet de traiter les eaux usées domestiques à partir d’une seule installation.

L’installation de filières compactes

Il s’agit d’une installation destinée aux logements individuels non raccordés au tout-à-l’égout. Elle a pour objectif le traitement des eaux usées domestiques. Pour ce faire, le système de filières compactes est constitué d’une fosse toutes eaux et d’un filtrant massif. L’installation de certains de ces équipements peut nécessiter des travaux tels que le terrassement, le creusage, la plomberie et les éventuels raccordements. C’est la raison pour laquelle il est judicieux de faire appel à une entreprise spécialisée ou au service communal pour exécuter les travaux en question.

Quid de l’entretien et de la vidange de ces installations ?

Le propriétaire d’une installation d’assainissement non collectif est tenu de réaliser régulièrement l’entretien de celle-ci. Pour ce faire, il peut faire appel à une entreprise privée ou au service mis en place par la commune. Il en est de même pour la vidange. Elle devra toutefois être réalisée par une entreprise agréée par le préfet. La fréquence de vidange dépendra de la hauteur de boues. Cette dernière doit toujours être inférieure à 50% du volume utile.

Enfin, sachez que le service public d’assainissement non collectif (SPANC) se charge de vérifier le bon fonctionnement et l’entretien de l’installation. Cette vérification va se faire au moins une fois tous les 10 ans. Pour plus d’informations à ce propos, vous pouvez consulter le règlement du service public d’assainissement disponible de votre commune.

Partager sur
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn