Après une nouvelle loi française anti-déchets, l’UE annonce des projets d’économie circulaire « à grande échelle ».

Au lendemain de la signature par le gouvernement français d’un nouveau projet de loi radical qui vise à réduire considérablement les déchets du pays, notamment en interdisant la destruction d’un éventail de différents types de marchandises invendues, y compris les articles de mode invendus, l’Union européenne dans son ensemble a adopté un nouveau plan qui verra le bloc des 27 membres réduire ses déchets de moitié d’ici 2030, avec des dispositions visant à aborder  l’atténuation du changement climatique et l’adaptation au changement climatique. Tout comme dans la loi française, le traitement des textiles indésirables revêtira une importance significative pour l’UE. 

 

Partie du programme LIFE existant de l’UE, l’instrument de financement de l’action environnementale et climatique créé en 1992, la nouvelle initiative LIFE Integrated Project annoncée consiste en des « projets à grande échelle » qui seront menés à Chypre, en Estonie, en France, en Grèce, en Irlande, en Lettonie, en Slovaquie, en République tchèque et en Espagne, le projet spécifique à la Grèce se concentrant exclusivement sur la « gestion des déchets pour une économie circulaire », (renseignez-vous sur cette notion sur notre article : ess école ) a révélé la Commission européenne dans un communiqué lundi.

 

Sachant qu' »une grande partie des déchets en Grèce est encore mise en décharge », y compris pas moins de 70 % des déchets municipaux, la Commission européenne indique que le projet s’efforce de réduire considérablement ce phénomène en « promouvant la prévention et la réutilisation des déchets par le biais d’un certain nombre de mesures », visant finalement à « augmenter d’au moins 55 % la quantité de déchets préparés pour la réutilisation et le recyclage. »  

 

Conformément à la nouvelle initiative en Grèce, la Commission indique qu’elle présentera des activités destinées aux consommateurs et consacrées à  » prolonger la durée de vie des produits, et à encourager les consommateurs à demander des réparations « , afin de réduire davantage les déchets purs et simples. 

 

Concernant les entreprises en Grèce, alors que sa production de textiles et de vêtements a fluctué de manière significative ces dernières années, avec une tendance à la baisse à la lumière de la concurrence des capitales manufacturières des nations d’Asie du Sud-Est prédominantes, le pays maintient un secteur manufacturier textile stable, notamment en raison de sa position de principal producteur de coton de l’UE, représentant plus de 80 % de la production européenne totale en 2018. Dans cette optique, et compte tenu de la nature lourde en déchets de la fabrication textile, en particulier la production de déchets mis en décharge, la Commission indique que le projet développera également « de nouveaux indicateurs et normes de déchets pour aider à construire l’économie circulaire en Grèce. »

 

Dans son ensemble, le projet intégré LIFE, pour lequel  101,2 millions d’euros de financement ont été réservés, soutiendra le Green Deal européen qui sera bientôt introduit, et « l’ambition de l’UE de devenir le premier continent neutre sur le plan climatique d’ici 2050. » La Commission européenne devrait révéler un effort encore plus important, son plan d’économie circulaire, le 10 mars, ainsi qu’une nouvelle stratégie industrielle de l’UE. 

 

.

Partager sur
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn